de

Durabilité

De manière systématique, le Pool suisse pour la couverture des dommages sismiques (PSDS) veille non seulement à la rentabilité de ses placements financiers, mais également à la compatibilité de ces derniers avec les intérêts de l’environnement et de la société. Grâce à des solutions en matière de critères ESG (environnement, société, gouvernance), le PSDS est en mesure d’aligner ses décisions de placement sur ses valeurs. Il encourage ainsi des changements positifs dans le monde, sans négliger pour autant les rendements.

Approche du PSDS

Le principe d’une prise en compte de critères de durabilité est inscrit dans le règlement de placement du PSDS, et elle fait donc partie intégrante du processus de placement. Afin de permettre l’inclusion d’un maximum de catégories de placement, l’approche du PSDS est définie de manière globale et s’appuie sur des critères les plus objectifs possible, tels que la transparence et la traçabilité. Le département Finances rend régulièrement compte à la direction du Pool des activités et des progrès réalisés en matière de durabilité relative aux placements de capitaux.

Intégration dans le processus de placement du PSDS

Rapport ESG au 31.12.2021

Le rapport utilise désormais la notation de durabilité de la société MSCI.

Représentant 59.2%, la part des placements évalués par rapport au portefeuille global semble à première vue petite. En grande partie, l’explication tient au fait que MSCI ne propose pas encore de notation ESG pour de nombreuses catégories de placement, comme les fonds immobiliers ou les liquidités. C’est la raison pour laquelle un second timbre ESG est également affiché ; celui-ci ne porte que sur les actions et les obligations.

L’amélioration du score ESG a été obtenue en transférant des placements existants vers des placements conformes aux critères ESG. En parallèle, à l’occasion de tous ses nouveaux placements, le PSDS a systématiquement été attentif à ce que ces derniers aient une influence positive sur le score.

Au 31.12.2021, onze positions, qui représentent 1.4% du patrimoine, répondent encore aux critères d’exclusion. Dix positions sont concernées par le critère d’exclusion « alcool » et une position par le critère « énergie nucléaire ». Toutes ces positions font partie de placements collectifs, dont les gestionnaires de portefeuille travaillent actuellement à l’identification des titres non conformes aux critères ESG et à leur remplacement dans les instruments de placement.